La série Netflix The Witcher passe-t-elle le test de Bechdel-Wallace ?

En 1985, Alison Bechdel publie cette planche de bande-dessinée, intitulée « La Règle » (« The Rule ») extraite de sa série Gouines à suivre (Dykes to watch out for).

BECHDEL Alison, « The Rule », Dykes to watch out for, New-York, Firebrand Books, 1985.

Sur cette planche, on peut voir deux femmes discuter devant un cinéma, l’une d’entre elles explosant la « règle » qu’elle exige des films qu’elle va voir. Cette règle se développe sur trois critères :

        • Il doit y avoir au moins deux femmes
        • Qui se parlent
        • Sans rapport avec un homme

Une règle qui peut paraître simple à première vue. Cependant, selon le site bechdeltest.com, parmi 8076 films étudiés, seuls 57,6% le réussissent entièrement[1]. La part de films ne le réussissant pas du tout a tendance à reculer de plus en plus, laissant la place à celle qui donne la parole aux femmes. En 2014, le Washington Post[2] a réalisé le test sur les films nommés à pour l’Oscar du meilleur film de l’année. Sur 9 productions, seuls 4 réussissent le test. Bien sûr, ce test ne juge en rien de la qualité du film dans sa globalité, mais il révèle tout de même encore beaucoup de disparités sur la question de la parole accordée aux personnages de femmes, en comparaison avec leurs homologues masculins.

Il existe d’ailleurs plusieurs variantes de ce test, comme celui de Mako Mori ou encore Furiosa. Pour ce billet, nous allons garder les trois règles suivantes :

        • Il doit y avoir au moins deux femmes, dont on connait le nom
        • Elles doivent discuter ensemble
        • Elles doivent évoquer autre chose qu’un personnage masculin

J’ai donc décidé de réaliser le test sur une partie de la première saison de la série Netflix The Witcher, sortie le 20 décembre 2019 sur la plateforme. En apparence, tout semble réuni pour que le constat soit plutôt positif. En effet, l’œuvre propose plusieurs rôles de femmes à l’histoire plutôt développée et à la personnalité complexe. La série a d’ailleurs décidé d’opter pour trois personnages principaux, Geralt de Riv, Yennefer de Vengerberg et Cirilla Fiona Riannon, un homme et deux femmes. Sans compter la présence de personnages secondaires tout à fait intéressants, comme la reine Calanthe ou encore la magicienne Tissaia de Vries.

Dans un premier temps, nous pouvons analyser le temps de parole des personnages. Dans une étude réalisée par Markus Rene Pae[3], sur les 10 personnages qui parlent le plus, la parité est absolument respectée. Geralt en première place, ce qui est logique puisqu’il est le personnage central et qu’il apparaît dans tous les épisodes. La seconde place est attribuée à Yennefer, qui, comme le souligne l’auteur, prend de plus en plus d’importance au fil des épisodes, il est donc probable qu’elle se rapproche du nombre de lignes de Geralt à la fin.

Répartition de la parole dans les cinq premiers épisodes, graphique réalisé par Markus Rene Pae

Nous allons maintenant étudier chaque conversation pour voir si les différents épisodes passent le test. Ces graphiques réalisés avec Gephi s’appuient sur les scripts des cinq premiers épisodes de la première saison. Nous avons délibérément effectué un tri dans les prises de parole, mettant de côté les échanges anecdotiques de personnages annexes (tavernier pour une commande etc.) ou qui ne mettaient pas en scène une discussion entre deux personnes (Ablette, discussion avec soi-même etc.). Les liens renvoient aux interactions entre les personnages. Nous obtenons donc les 5 graphiques suivants.

Il nous parait nécessaire de préciser que les trajectoires des trois personnages principaux sont traitées de manière séparée, sur différentes chronologies (avec des aller-retour entre les épisodes), jusqu’à cet épisode 5 où Yennefer et Geralt se rencontrent pour la première fois. Il faudra ensuite attendre le dernier épisode, le huitième, pour que Geralt rencontre Ciri. Ceci explique pourquoi, sur la plupart des graphiques, on peut distinguer trois zones d’interaction principales bien distinctes.

Voici la légende des graphiques suivants :

NB : on remarquera l’absence de tout autre genre sur l’ensemble des graphiques, simplement parce qu’aucun autre n’est représenté dans la série jusqu’ici.

Episode 1 – Le Début de la fin (The End’s Beginning)

Episode 1 – Le Début de la fin (The End’s Beginning)

Sur ce premier graphique, nous pouvons identifier une seule connexion entre deux femmes, à savoir Ciri et sa grand-mère Calanthe. Cependant, chaque discussion entre les deux femmes se fait en présence d’hommes qui y participent, qu’il s’agisse d’Eist, Mousesack, Sir Danek ou bien Sir Lazlo. Le seul moment où elles se retrouvent seules, Calanthe lui dit la chose suivante :

Calanthe : Find Geralt of Rivia. He is your destiny

     Calanthe : Trouve Geralt de Riv. Il est ta destinée.

Calanthe convoque le nom de Geralt de Riv, un homme. Ce premier épisode ne passe donc pas le test.

Episode 2 – Quatre marks (Four Marks)

Episode 2 – Quatre marks (Four Marks)

Ce deuxième épisode nous offre plus de possibilités. Autour de Ciri, rien de change, puisque lorsqu’elle s’adresse à Lilja, revient une nouvelle fois le nom de Geralt :

Ciri : I’m looking for… for Geralt of Rivia. Do you know him ?

Ciri : Je cherche… Geralt de Riv. Vous le connaissez ?

Du côté de Yennefer, lorsqu’elle arrive à Aretuza, plusieurs de ses discussions passent le test, dans la mesure où il s’agit d’une école pour magiciennes, où seulement quelques hommes sont admis pour divers travaux (Gitline notamment). Le test est passé avec brio lors des leçons de magie, dirigées par Tissaia, où les élèves sont réunies et où elles ne parlent que de magie. D’autre part, lorsque Yennefer échange seule avec Tissaia, il n’est jamais question d’hommes dans cet épisode. Il passe donc le test.

Episode 3 – Lune de trahison (Betrayer Moon)

Episode 3 – Lune de trahison (Betrayer Moon)

Dans ce troisième épisode, les conversations de Tissaia et Yennefer prennent une autre tournure. Quand elles ne se font pas en présence de Giltine ou du roi Vilfuril (où se tient d’ailleurs l’échange avec la reine Sancia), elles évoquent le mage Stregobor. En outre, lorsque Tissaia échange avec Vanielle de Brugge, c’est lors qu’une conversation avec Artorius et Stregobor. Cet épisode ne passe donc pas le test.

Episode 4 – Des banquets, des bâtards et des obsèques (Of Banquets, Bastards and Burials)

Episode 4 – Des banquets, des bâtards et des obsèques (Of Banquets, Bastards and Burials)

Ce quatrième épisode nous propose plusieurs arcs de discussion féminins. Le premier, autour de Ciri, lorsqu’elle rencontre les dryades de la forêt de Brokilone. Ce peuple est entièrement constitué de femmes, néanmoins, Ciri est alors à la recherche de Dara, et le fait savoir :

Ciri : [follows the leader and grabs her arm] Where are you taking me ? I need to find Dara. Please !

Ciri : [suit la dirigeante et l’attrape par le bras] Où est-ce que vous m’emmenez ? Je dois retrouver Dara, s’il vous plait ! 

Puisqu’elle parvient à le retrouver, le reste des conversations se fera en sa présence et participation.

Pour ce qui est de Yennefer, elle se retrouve seule avec la reine Sancia, pour laquelle elle travaille. Mais leur conversation tourne autour des intrigues de cour et du roi, avant d’être poursuivies par un mystérieux mage qui cherche à les tuer.

Enfin, nous pouvons voir des échanges entre Pavetta et Calanthe, mais ils se font toujours en présence de Geralt, Eist ou encore Mousesack au banquet, lorsqu’ils n’évoquent pas Urcheon. Cet épisode ne passe donc pas le test.

Episode 5 – Désirs inassouvis (Bottled Appetites)

Episode 5 – Désirs inassouvis (Bottled Appetites)

Enfin, le cinquième épisode nous propose deux pistes. La première autour de Ciri, lors d’une discussion avec la générale dryade et Eithne : il n’est fait mention d’aucun homme, le test est donc réussi.

Autour de Yennefer, ses conversations avec Tissaia parlent de sa mission d’assistance auprès du roi Virfuril. Cet épisode passe donc lui aussi le test.

 

Que peut-on en conclure ?

Parmi ces cinq épisodes, seuls le deuxième et le cinquième passent le test, de justesse. En toute logique, puisqu’il s’agit de deux épisodes centrés sur des communautés de femmes, la première autour de Yennefer à Aretuza, l’école des magiciennes, la seconde autour de Ciri, auprès des dryades de la forêt de Brokilone. Pour le reste, il y a bien des interactions entre deux femmes, nommées, mais elles finissent toujours par mentionner des hommes. Cela ne signifie pas pour autant que la série est sexiste, et des résultats entièrement positifs n’auraient pas fait de The Witcher une série féministe. Elle parvient tout de même à mettre en scène de nombreux personnages de femmes intéressants et développés, d’autres éléments que ce simple test sont à prendre en compte.

Néanmoins, il permet parfois de révéler la sur-représentation des personnages masculins, et trop souvent, la fragilité des rôles féminins. Ces derniers étant principalement développés en tant que faire-valoir d’un personnage masculin, en particulier dans le genre de la fantasy, qui a encore beaucoup de chemin à parcourir sur la question générale des discriminations. A ce sujet, je vous recommande la lecture d’un billet de Manon Berthier, intitulé « Quels féminismes en fantasy ? ».[4]

Pour autant, l’apport de la série Netflix en termes de représentation est important, dans la mesure où les livres et les jeux vidéo ne mettent en scène que Geralt en tant que personnage principal, alors qu’ici nous pouvons suivre également Yennefer et Ciri. De plus, elle offre une place de choix à plusieurs personnages féminins secondaires, comme Tissaia, Calanthe ou encore Fringilla. Cependant, l’apport majeur de Netflix en termes de représentation n’est probablement pas ici, mais dans sa pratique du colorblind casting, ou casting daltonien, qui vise à proposer des rôles différents des attendus en termes d’origines ethniques. A ce sujet, le cas de Fringilla est intéressant, et fait d’ailleurs l’objet de grands débats.

Il est prévu d’étudier très prochainement les trois derniers épisodes pour voir s’ils réussissent à redresser ce constat, sans oublier le concept de colorblind casting, propre à Netflix, afin d’analyser cette question décisive de la représentativité dans l’étude de notre corpus.

 

 


[1] http://bechdeltest.com/statistics/, consulté le 30/04/2020. Cependant, l’auteur de cette étude a été confronté à la même difficulté que nous, à savoir se procurer la suite des scripts (les premiers étant disponibles ici : https://transcripts.fandom.com/wiki/The_Witcher), il s’est donc lui aussi arrêté à l’épisode 5.

[2] Caitlyn DEWEY, « How many of this year’s Oscar nominees pass the Bechdel test? Not many. », The Washington Post, 17 janvier 2014, https://www.washingtonpost.com/news/arts-and-entertainment/wp/2014/01/17/how-many-of-this-years-oscar-nominees-pass-the-bechdel-test-not-many/, consulté le 30/04/2020.

[3] Markus Rene PAE, « Toss some data to your witcher », towardsdatascience.com, 26 janvier 2020, https://towardsdatascience.com/toss-some-data-to-your-witcher-e936927e7c02, consulté le 30/04/2020.

[4] Manon BERTHIER, « Quels “féminismes” en fantasy ? », in Lectures politiques de la fantasy, publié le 11/04/2020, https://fantasygenre.hypotheses.org/106, consulté le 13/04/2020.

Flavie Falais

Etudiante en Master Création Contemporaine et Industries Culturelles à la Faculté des lettres et sciences humaines de l'Université de Limoges

More Posts

Follow Me:
Twitter


Publié par

Flavie Falais

Etudiante en Master Création Contemporaine et Industries Culturelles à la Faculté des lettres et sciences humaines de l'Université de Limoges

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.